Jardinage

Devenez un pro de la taille des arbustes

Vous souhaitez vous mettre à la taille des arbustes ? Découvrez avec notre jardinier comment donner une seconde jeunesse à vos jeunes pousses.

Après avoir déblatéré sur la taille des framboisiers, nous vous proposons dans cet article de comprendre une bonne fois pour toute, comment tailler vos arbustes.

Il y a la floraison printanière, la floraison estivale, la floraison automnale et la floraison hivernale… il y en a une pour chaque saison. Mais, vous vous en doutez, un arbuste n’offre pas une floraison consécutive sur les quatre époques. Certes, elles peuvent se chevaucher : une floraison estivale peut se prolonger jusqu’à l’automne. Mais impossible de trouver un arbuste qui fleurisse de janvier à décembre. Du coup, il y a des plantes à floraison printanière, des plantes à floraison estivale, d’autres à floraison automnale pour finir par la catégorie de celles à floraison hivernale… Ouf, le tour est fait sur le sujet !

Pour la taille, la règle est simple concernant les arbustes : la taille se pratique après la floraison. Que cette dernière soit printanière, estivale, automnale ou hivernale, une fois la fleur fanée, coupez la ! Ce petit geste simple permet à la plante de ne pas s’épuiser à nourrir inutilement une inflorescence. Et même mieux, car si cela ne la fatigue pas, cela lui redonne de la vigueur car le végétal va profiter au mieux de la sève circulant dans toutes les parties de la plante.

Pour tailler correctement privilégiez un sécateur tranchant et dont les lames ont été préalablement désinfectées avec un coton imbibé d’alcool à 90° : nous vous en parlions dans cet article consacré à la taille des arbres fruitiers. Placez le sécateur sous la fleur fanée, la tige entre les deux lames. Descendez les lames du sécateur le long de la tige jusqu’à l’intersection des premières feuilles et coupez ! Répétez l’opération jusqu’à la dernière fleur fanée.

Dernière étape : redonnez une forme esthétique à l’arbuste : coupez les branches cassées ou mortes et taillez les banches qui déséquilibrent l’aspect général du végétal. Et voilà, la taille est faite !