Jardinage

Découvrez un art insolite : la sculpture à la tronçonneuse

ART et BRICOLAGE – J’ai le plaisir d’accueillir sur brico.fr, Paule Veilleux, sculptrice à la tronçonneuse canadienne. Vous allez découvrir dans cet article un art insolite et quelques conseils intéressants pour ceux qui souhaitent manier la tronçonneuse. Bonne lecture !

Brico.fr – Bonjour Paule, vous êtes sculptrice sur bois, pouvez-vous nous expliquer votre métier et comment vous est venu cette passion ?

Paule – Depuis 5 ans, une énergie créatrice me propulse vers la sculpture du bois. J’ai eu un coup de coeur pour une sculpture monumentale pendant mes vacances d’été et j’ai ressenti le besoin très fort d’expérimenter la sculpture.

Je travaille par moi-même différentes techniques de sculpture dans un environnement paisible et inspirant. Mon intérêt est dans le bois tel que le cèdre, le sapin, le peuplie ou encore le tilleul que je récupère sur le terrain familial.

J’utilise principalement la tronçonneuse dans la création de mes oeuvres, et ce sont pour la plupart des sculptures à grandes dimensions (vous comprendrez pourquoi !).

Je crée selon mes inspirations du moment, attentive au langage et aux formes naturelles de l’arbre qui se transforme selon ce qu’il veut être dans une seconde vie. Je veux partager cette passion de l’arbre dans une autre vision, un regard qui vient de mon âme et qui croise celui de l’arbre le temps d’une passion.

Brico.fr – Quel type de sculpture réalisez-vous ?

Paule – Je suis plutôt dans l’art inuit, amérindien et visionnaire. Pour expliquer un petit peu aux lecteurs de brico.fr, l’art visionnaire est un art essentiellement graphique et sculptural qui veut transcender le monde physique et provoquer une vision élargie de la conscience spirituelle basée sur des expériences personnelles.

J’ai réuni ces trois aspects dans mes sculptures en bois qui représentent toutes des personnages.

Brico.fr – Pouvez-vous nous expliquer les différentes étapes de votre sculpture ?

Paule – Je démarre par une marche en forêt où je sélectionne des arbres qui ont des formes qui me parle. Plus ils sont imparfaits, plus je les aime car ils sont expressifs !

Ensuite j’enlève l’écorce de l’arbre, je fais sécher le bois pendant un an ou deux. Je commence ma sculpture à la tronçonneuse (80% du travail est réalisé à la tronçonneuse) et je termine avec une petite sableuse et quelques ciseaux à bois pour le visage.

Enfin pour préserver la sculpture, je l’enduis avec un protecteur à bois pour qu’elle puisse résister au soleil et aux intempéries. Pour une sculpture qui va rester en intérieur, je lui donne une couche de teinture à bois avec un vernis de finition.

Brico.fr – Vous nous avez parlé un peu de vos outils, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Paule – Oui bien sûr ! J’utilise une tronçonneuse thermique et une électrique STIHL pour leur légéreté. Pour la finition, j’ai choisi une ponceuse et une sableuse BOSCH. Et enfin quelques petits ciseaux à bois.

Brico.fr – Quels étaient vos critères de choix pour la tronçonneuse ?

Paule – Pour moi le plus important c’est le poids : plus elle est légère, plus je peux sculpter longtemps sans me fatiguer les bras et le dos !

Brico.fr – Et au niveau des protections ?

Paule – Tout d’abord je voudrais rappeler que le port de protection est essentiel aussi bien pour la sculpture à la tronçonneuse que la coupe du bois de chauffage ! Comme il y a beaucoup d’occasion de se blesser, on doit se protéger les yeux des éclisses et du brin de scie. Je porte aussi des gants, des chaussures de sécurité et des cuissardes pour les jambes (certains portent aussi un pantalon de bûcheron). Note de la rédaction : toutes les protections pour les bûcherons sont disponibles dans notre boutique en cliquant ici.

Brico.fr – Quel est votre meilleur souvenir avec vos sculptures ?

J’avais une fois trouvé un arbre dans la forêt qui était pourri de l’intérieur. Mon entourage me disait « tu n’en feras rien avec ce bout de bois, laisse le tomber ». J’ai bien nettoyé cet arbre, et il est devenu l’une de mes plus belles sculptures. J’en tire deux conclusions :

  • dans le bricolage, il faut vraiment être déterminé et ne pas laisser tomber !
  • rien n’est laid, rien n’est jamais fini, toutes les choses ont droit à une seconde vie.

Enfin pour les lecteurs intéressés, je vais sculpter cet été en direct pendant une semaine dans le parc Marie-Victorin de Kingsay Falls ici au Québec. C’est pour moi une belle aventure et l’occasion de rencontrer des gens et de leur faire partager ma passion (si jamais certains viennent en vacances au Québec !). Je veux aussi apprendre et à cet occasion je me rendrai en Bretagne à La Gacilly en juin. Je sculpte depuis cinq ans seulement et j’aime élargir ma technique et chercher des sources d’inspirations ailleurs qu’au Québec. Vous pouvez également retrouver de nombreuses photos et mes sculptures sur mon blog.