Décoration

Parquet: La pose clouée

Pour poser un parquet massif, c’est la technique de pose idéale !

Elle demande un peu de savoir-faire, et est, généralement, réservée aux professionnels, mais pour les plus doués d’entre vous, nous vous indiquons les grandes étapes à réaliser pour se lancer dans l’aventure !

Avant toute chose, il faut savoir que les conditions techniques de pose de parquet cloué sont définies pour les professionnels par le DTU (Document technique Unifié) N°51.1 et que si vous clouez vous-mêmes votre parquet , vous devrez suivre les mêmes règles pour pouvoir bénéficier des garanties de votre assurance en cas de litiges, mais aussi pour la sécurité des personnes !
Il y a deux cas de figures possibles pour la pose d’un parquet cloué :
On parle de solive, quand il s’agit d’un étage et de lambourde pour le rez-de-chaussée, mais le principe est le même, les solives et les lambourdes sont des poutres de bois qui vont servir de support pour poser un plancher.

Reportez-vous à notre article : « Mettre en place des solives pour poser un parquet ».

Parquet cloué posé à l’étage

Les solives sont les grosses poutres en bois qui constitue la structure d’un étage, à moins que votre maison ait une dalle béton.
Vous pouvez clouer  le parquet, directement, sur les solives si celles-ci sont espacées de moins de 45 cm. En principe, l’écartement des solives est de 39 cm, et ainsi constituer un sol porteur, d’où l’importance de respecter les règles de mise en œuvre, pour ne pas passer à travers le plancher !
Dans le cas, où les solives soient espacées de plus de 45 cm, alors il faudra poser des lambourdes (poutre de bois de 26 ou 35 mm d’épaisseur) sur les solives

Parquet posé au rez-de-chaussée

Dans le cas, où vous installez votre parquet dans une pièce, en rez-de-chaussée, il vous faudra, également, poser des lambourdes.
Pour poser les lambourdes, vérifiez en premier lieu la planéité du sol. L’écartement entre deux lambourdes peut varier de 35 à 40 cm. Placez les lambourdes perpendiculairement à la future pose du parquet cloué.

Le conseil de brico.fr : Pensez à prévoir les éventuelles découpes pour le passage de canalisations ou de conduits électriques, sous le parquet.

 

La pose des lames

Ouvrez plusieurs paquets de lames et disposez-les par longueurs pour pouvoir les alterner pour optimiser l’esthétique.
Commencez la pose le long du mur, en plaçant  la rainure côté mur, tout en y mettant des petites cales (en bois ou en plastique) de 5 à 8 millimètres d’épaisseur  pour faire un joint de dilatation.
Le bon emboîtement des lames, entre elles, est une opération essentielle dont dépendra le résultat final de votre parquet, sans oublier sa facilité d’entretien. En effet, des lames qui seraient trop écartées pourraient se remplir de salissure sans pouvoir être faciles à nettoyer.
De cette manière, elles doivent être jointives sur leurs grands côtés, mais aussi sur leurs petits côtés.

Le tassage des lames

Pour emboîter une nouvelle lame dans les lames déjà posées, vous allez devoir frapper, mais sans endommager la lame. Pour y arriver sans dommage, utilisez un maillet en bois, ou bien, un marteau avec une cale de bois, faite avec une chute de parquet, par exemple.
Tassez, successivement, dans les deux sens de la lame, en rives et en bout, c’est-à-dire dans la longueur et dans la largeur.

Le clouage des lames

Clouez les lames, sur chaque, lambourde ou solive, avec des pointes « tête d’homme » de 50 à 55 millimètres de longueur, pour des lames en bois massif de 23 mm d’épaisseur.
La pointe sera enfoncée en biais au-dessus de la languette de la lame. La tête des clous doit être chassée, c’est-à-dire enfoncée sous la surface du bois, en vous servant d’un chasse-clou. Cette opération permet de ne pas gêner le bon emboîtement des lames. Enfoncer la tête du clou suffisamment tout en veillant ne pas faire éclater la languette.
Veiller à décaler les joints d’une rangée sur l’autre d’au moins 20 cm.

Les finitions

Pour réaliser les découpes des plinthes qui viendront habiller tout  le pourtour de la pièce, utilisez une scie à denture fine, et pour les coupes d’angle, munissez-vous d’un guide de coupe d’onglet.
A mesure que vous progressez dans la pose de la plinthe,  enlevez les cales périphériques.
Les lames du dernier rang  doivent être découpées à la largeur moins 5 millimètres de jeu. Elles seront clouées directement dans les lambourdes (contrairement aux autres lames qui étaient, elles clouées sur les languettes des lames précédentes),  le plus au bord possible, de façon à ce que les têtes de pointes puissent être dissimulées, ensuite, par la plinthe.
En fonction des murs, les plinthes pourront être clouées, vissées-chevillées ou bien collées. Dans le cas de clouage ou de vissage, la tête des clous ou des vis sera dissimulée avec de la pâte à bois avant de vernis ou de peindre les plinthes.
La technique qui convient à tous les types de murs est le collage avec une colle-mastic en cartouche. En revanche cette technique est la plus chère et moins saine.

Conseils divers

C’est une technique de pose incompatible avec  un chauffage au sol.
La pose clouée surélève le sol d’au moins 50 millimètres, donc il vaut mieux prendre en compte cette contrainte avant de démarrer le chantier.
Le bois étant séparé du support, la pose clouée permet le passage de câbles et l’installation de panneaux isolants.