Chauffage

Les différents types de chauffage électrique

Vous êtes en pleine réflexion sur votre future installation de chauffage, et le chauffage électrique pourrait vous intéresser !

Même si les énergies renouvelables sont des solutions d’avenir, le chauffage électrique, a encore le vent en poupe car la fin du nucléaire n’est pas encore pour demain.

Du sol au plafond, de nombreuses solutions pour s’équiper en chauffage électrique !

Les convecteurs

Les convecteurs représentent l‘entrée de gamme du chauffage électrique, sont peu coûteux à l’achat, et sont faciles à utiliser. Ils existent dans un large choix de formes, avec des évolutions techniques notables qui les rend plus efficaces  pour renvoyer la chaleur.
L’inconvénient majeur de ces appareils, est qu’ils sont gourmands en énergie. Leur puissance est par ailleurs limitée, ce qui en fait un mode de chauffage insuffisant pour les grandes pièces, ou les pièces qui présentent une grande hauteur de plafond.
Pour un rendement optimal, dans de petites pièces, il faut le poser à une hauteur de 15 cm du sol.
Malgré leur coût de fonctionnement élevé, ils restent très pratiques pour de petites pièces, qui ne sont pas habitées en continu et qui ont besoin d’être chauffées rapidement et ponctuellement.

Les radiants (ou rayonnants)

Proche de la sensation de chaleur produite par le soleil ou une cheminée, les radiants diffusent la chaleur avec une bonne répartition ce qui en fait des appareils efficaces  et moins gourmands que les convecteurs. .Ils chauffent, directement, les surfaces environnantes, comme le sol, les murs et les meubles,  qui vont, à leur tour, diffuser cette chaleur dans la pièce de manière progressive.
Ils sont, par ailleurs, légers et faciles à installer, avec une puissance suffisante pour de grandes pièces, en choisissant un modèle puissant. Ils doivent être installés de façon à ce qu’il n’y ait pas de fenêtre sur la paroi opposée, pour que la chaleur ne file pas par celles-ci.

Les radiateurs à inertie et à accumulation

Radiateurs à briques réfractaires

C’est la solution de chauffage électrique qui permet un confort optimal pour les pièces à vivre, similaire à celui d’un chauffage central.
La chaleur douce est diffusée de manière homogène, sans variations de température. Sa montée en température est rapide et c’est une chaleur qui ne dessèche pas l’air.
Deux technologies sont disponibles pour ces radiateurs :

  • A inertie : L’accumulation de la chaleur se fait, soit, grâce à un fluide caloporteur, soit par un noyau constitué d’un matériau réfractaire, comme la pierre, la fonte d’aluminium, le granit, la pierre de lave,…
  • A accumulation : Dans ce cas de figure, l’accumulation de la chaleur se fait dans un bloc constitué de briques réfractaires qui emmagasine la chaleur pendant les heures creuses pour la restituer par la suite.

L’inconvénient, de ces modes de chauffage très performants, sont des prix d’acquisition qui restent élevés, surtout pour les modèles haut de gamme.
L’autre point négatif sera le poids des appareils, dont il faudra tenir compte pour les installer sur des parois, notamment, qui doivent pouvoir supporter ce poids. Un radiateur à accumulation peut atteindre 200 kilos.

Le plancher chauffant

Ce mode chauffage a évolué, également, et n’a plus les inconvénients de ses débuts. Désormais, à basse température, il ne présente plus de dangers pour la circulation sanguine.
Deux types de sols chauffants :

  • Le plancher direct : Il est constitué d’un réseau de câbles posés en serpentin et recouvert d’un isolant et d’une chape de 8 à 10 cm d’épaisseur.
  • A accumulation : Dans ce cas de figure, le réseau de câbles est recouvert d’une chape de béton armé de 8 à 15 cm d’épaisseur. Il va emmagasiner la chaleur pendant, les heures creuses EDF, et restituer cette chaleur pendant la journée.

Le plafond rayonnant

Ce mode de chauffage n’est pas tellement répandu car son installation est compliquée et c’est un investissement financier important.
Il est constitué d’un film chauffant fixé à une isolation de laine minérale, de verre ou de roche, et cet ensemble est mis en place dans un faux plafond, sur structure métallique, constitué de plaques de plâtres spécifiques aux plafonds rayonnants qui ne se dégradent pas avec la chaleur.
Cette installation demande, donc, de disposer de pièces avec une hauteur de plafond suffisante, et peut convenir, parfaitement, pour une pièce de grande hauteur qui a besoin aussi d’une bonne isolation phonique avec l’étage supérieur.
La chaleur qu’il diffuse est homogène, douce,  saine et elle n’assèche pas l’air de la pièce.